Eau de Cologne, a case of ancient Industrial espionage? | Saffire Blue Inc.
Placeholder
Temporarily Unavailable

    Eau de Cologne, a case of ancient Industrial espionage?

    $0.00

    Out of stock

    Sorry, this product is not refundable.

    Description

    I noticed a discussion going on about Eau de Cologne where recipes were exchanged and Napoleon Cologne mentioned. Since I have some time on my hands right now, I thought it to be a good opportunity to let you know where Colognes originated, how they got their names and a few facts instead of myths about Napoleon!

    The origin of Eau de Cologne might seem difficult to determine, but nothing is more farther from the truth than that. In fact, its roots can be easily traced as it is fully documented in the “Rheinisch-Westfälischen Wirtschafts-Archive” (RWWA) which can be found in the City of Cologne in Germany.) There all purchases, sales, correspondence, production and controversies about Eau de Cologne can be traced on the hands of original documents dating back to 1709.

    Süskind describes in his famous novel “Das Parfum” the environment and the City where the Eau de Cologne fragrance was developed. He sets his novel in Paris but it was in fact Cologne where it all started. Cologne in 1709 was a “smelly” city recuperating from the last Plague epidemic which went through the City in 1667. Tanneries were to be found everywhere and the residue of the tanning process where thrown in gutters only to be washed away when the river Rhine flooded the streets, leaving its muddy residues which soon mixed with the ever present Horse manure that covered the streets.

    Newcomers, Jews and Protestants were not very welcome in the City, but if one was Catholic no hindrances were placed in his or her path to establish residence there or commence some kind of business venture. Not surprisingly therefore that many Italians settled in the City, as did Johann Baptists Farina in 1709.

    In a building known as the “Französich Kram” a location where taxfree goods such as silk, spices, fragrance- and healing waters were sold he started his business. He came from a small village, Maria Maggiore now in the Italian Novara Province.

    From the Französich Kram merchants sold Aqua Mirabilis, Eau de la Reine Hongrie, Angelwater and Eau Imperiale. The later nowadays being attributed as Napoleon Cologne, but available long before he appeared on the scene!

    Fact was though, that French was the Merchant language so many products were given French names. Eau de la Reine Hongrie sounded much better than “water of the Queen of Hungary”!

    As early as 1622 several “Aqua Mirabilis” were available in Cologne so in order to distinguish one from another it became fashionable to add the manufacturers name or initial to it. Farina added an extra feature to his product, by placing a lacquer seal on the bottles bearing his name. Farina once wrote to his brother Baptist in 1708 that his Farina Aqua Mirabilis was unbelievably nice! “ I have composed a fragrance which reminds me of an Italian spring-morning when , after a shower, daffodils and orange blossom release their smell”.

    Farina had brought the art of fine-distillation with him to Cologne and his knowledge of essences and maceration and extraction came from the famous Italian perfumers from the Gennari family. And he was a real fanatic when it came to the quality of raw material from which he distilled his oils. From suppliers of Bergamot he insisted on being told under which weather conditions it had been harvested and of Cedrat he insisted on knowing the exact distillation process. Often, when he was not satisfied with the quality of certain essential oils he bought from distillers, he would go out and obtain car loads of fruit and herbs himself, which he macerated and distilled himself in Cologne.

    Slowly his fame grew and in 1723 he moved his business to the, than most prestigious, location Haus Obenmarsforten 23, opposite the Jűlichs-Platz. Farina’s recipe and his distillation skills enabled him to make a stable product with a never changing fragrance, something unheard of in those days.

    His ability to converse in French and the quality of his product soon were noticed by the “nobility” and it didn’t take long or Clemens August, the local ruler was sending him many customers and even the Soldier King Friedrich Wilhelm von Prussia was among his clients. Farina’s Aqua Mirabilis was soon a much sought after product, sold in many countries and soon Farina changed the name of his product, to honor his home town, and the name Eau de Cologne was born.

    The ingredients used by Farina were mainly Italian limes, Bergamot, Neroli and Petitgrain as well as Oranges, Lemons, Grapefruits and Cedrat. To use these raw materials and turn them into the famous Farini Eau de Cologne were for long a well kept secret. All Royal families were among his customers and in the archives at Cologne over 2000 letters can be seen from New York and from as far as Royal Courts in Asia orders were obtained. It has to be remembered that Aqua Mirabilis was not sold as a fragrance product, but as a medicinal compound. For fragrance expensive perfumes were bought by the upper class.

    But then, in 1750 came a certain Anton Farina from the city of Düsseldorf to Cologne and started a small shop selling his own Aqua Mirabilis which he bought from his Uncle but marketed it under his own name. In the history books it is here that for the first time the name Feminis comes to the surface. It was he who, perhaps unintentional or for money (who knows) , was the cause of creating the greatest competition for Farini, a situation that exists till today.

    The three most famous Colognes date back to that day! These are “Jean Marie Farina/Roger & Gallet , Kőlnisch Wasser/Farina Gegenűber and Kőlnisch Wasser 4711/ 4711 Mühlens.

    Here are the different compositions:

    Jean Marie Farina/Roger & Gallet

    • Topnote: Bergamot, lemon, petitgrain, orange, mandarin and rosemary.
    • Middle note: Neroli, carnation
    • Base note: Rose

    Kőlnisch Wasser/Farina Gegenűber

    • Top note: Bergamot, Lemon, orange, petigrain and neroli.
    • Middle note: Rosemary, rose and carnation
    • Base note: Musk

    Kőlnisch Wasser 4711/ 4711 Mühlens.

    • Top note: Bergamot, orange, lemon, petitgrain and neroli
    • Middle note: Rosemary, Rose
    • Base note: Musk.

    Nowadays the most famous street in Cologne is the Glockengasse number 4711. When the commander of the French revolutionary forces, General Daurier, ordered in 1794 that all houses in Cologne had to have a consecutive number he unknowingly created one of the world most famous brand names as it was in this house that Wilhelm Mühlens had his office and residence.

    Wilhelm Mühlens then thirty years old, had obtained, two years earlier the recipe for Farini’s Aqua Mirabilis (miracle water) from a Carthusian monk by the name of Franz Carl Georg Farina. This monk was a nephew of Johann Paul Feminis who had been very close to many members of the Farina family. He gave the parchment scrolls to Wilhelm as a wedding present who didn’t think much of it at first.

    Granted, Feminis had even before the Farina’s made an Aqua Mirabilis that was used during many of the Plague epidemics but it was hardly any different that the many Farina recipes that by now were on the market. All relatives with the name Farina could buy from their Uncles distillery unlimited number of liters which they marketed under their own name. Over 40 such “Farini” aquas were available so how could he go into competition with them?

    The young merchant on the Glockengasse was know to be in the “investment” business and what he did, besides producing his own Aqua Mirabilis, was to trade in Money, wine, Mineral water and even in Sea Fish! But soon he also has success with his Miracle water, this was largely due to the fact that opposite his house a Stage coach station was situated. Travelers were approached by Wilhelm and almost everyone bought a bottle of his Eau de Cologne and soon the Aqua Mirabilis was not only used for medicinal purposes, but also a simple refreshing compound for travelers.

    But in 1810, a law issued by Napoleon compelled that on the label of every medicinal compound the composition had to be named. The clever Muhlens immediately thought of a way to bypass these laws and with every bottle of his Aqua Mirabilis instructions for use” printed. In these instructions there was not a word indicating that this product was for medicinal purposes, but simply a fragrance and toilet water. Did he in the beginning market his 4711 product mentioning Farina, in respect to the Carthusian Monk, the third generation Muhlens in 1881 changed the name of their product mentioning as manufacturer Eau de Cologne & Parfumerie Farbrik Glockengasse Nr.4711.

    Did you know that 4711 exclusive formula has been kept secret for over 200 years? Up until the mid-sixties the scent was prepared in locked vaults by Wilhelm Muhlen’s great, great, great grandson and so secret is the formula that only family members were allowed into the vault.

    And this my friends is the true story about Eau de Cologne.

    ~ John Kercher

     

     

     

    J’ai remarqué une discussion en cours sur l’Eau de Cologne où les recettes ont été échangées et Napoléon Cologne mentionné. Depuis que j’ai un peu de temps sur mes mains en ce moment, j’ai pensé que c’était une bonne occasion de vous faire savoir d’où Colognes origine, comment ils ont obtenu leurs noms et quelques faits au lieu de mythes sur Napoléon!

    L’origine de l’Eau de Cologne peut sembler difficile à déterminer, mais rien n’est plus éloigné de la vérité que cela. En fait, ses racines peuvent être facilement tracées car il est entièrement documenté dans le “Rheinisch-Westf-lischen Wirtschafts-Archive” (RWWA) qui peut être trouvé dans la ville de Cologne en Allemagne.) Là, tous les achats, les ventes, la correspondance, la production et les controverses sur l’Eau de Cologne peuvent être retracés sur les mains de documents originaux datant de 1709.

    Il décrit dans son célèbre roman “Das Parfum” l’environnement et la ville où le parfum Eau de Cologne a été développé. Il pose son roman à Paris, mais c’est en fait Cologne que tout a commencé. Cologne en 1709 était une ville « malodorante » qui se remettait de la dernière épidémie de peste qui a traversé la ville en 1667. Les tanneries se trouvaient partout et les résidus du processus de bronzage où jeté dans des gouttières ne devaient être emportés que lorsque le Rhin inondait les rues, laissant ses résidus boueux qui se mélangent bientôt au fumier de cheval toujours présent qui recouvrait les rues.

    Les nouveaux arrivants, les Juifs et les Protestants n’étaient pas les bienvenus dans la ville, mais si l’on était catholique, aucun obstacle n’était placé sur son chemin pour y établir sa résidence ou commencer une sorte d’entreprise commerciale. Il n’est donc pas surprenant que de nombreux Italiens s’installent dans la ville, tout comme Johann Baptists Farina en 1709.

    Dans un bâtiment connu sous le nom de « Kram de Franzsich », un endroit où des produits sans taxe tels que la soie, les épices, les parfums et les eaux curatives ont été vendus, il a commencé son entreprise. Il est originaire d’un petit village, Maria Maggiore maintenant dans la province italienne de Novara.

    Des marchands de Franzsich Kram ont vendu Aqua Mirabilis, Eau de la Reine Hongrie, Angelwater et Eau Imperiale. Le plus tard de nos jours étant attribué comme Napoléon Cologne, mais disponible bien avant qu’il n’apparaisse sur la scène!

    Le fait était cependant, que Français’était la langue marchande tant de produits ont été donnés Français noms. L’Eau de la Reine Hongrie sonnait bien mieux que « l’eau de la reine de Hongrie » !

    Dès 1622, plusieurs “Aqua Mirabilis” étaient disponibles à Cologne afin de se distinguer de l’autre, il est devenu à la mode d’ajouter le nom des fabricants ou initial à lui. Farina a ajouté une fonctionnalité supplémentaire à son produit, en plaçant un joint de laque sur les bouteilles portant son nom. Farina a écrit un jour à son frère Baptiste en 1708 que son Farina Aqua Mirabilis était incroyablement agréable! ” J’ai composé un parfum qui me rappelle un printemps-matin italien quand, après une douche, des jonquilles et de la fleur d’oranger libèrent leur odeur”.

    Farina avait apporté l’art de la fine distillation avec lui à Cologne et sa connaissance des essences et de la macération et de l’extraction provenaient des parfumeurs italiens célèbres de la famille Gennari. Et il était un vrai fanatique quand il s’agissait de la qualité de la matière première à partir de laquelle il distillait ses huiles. De la part des fournisseurs de Bergamote, il a insisté pour qu’on lui dise dans quelles conditions météorologiques elle avait été récoltée et de Cedrat, il a insisté pour connaître le processus de distillation exact. Souvent, quand il n’était pas satisfait de la qualité de certaines huiles essentielles qu’il achetait aux distillateurs, il sortait et obtenait lui-même des charges de fruits et d’herbes, qu’il macérait et distillait lui-même à Cologne.

    Lentement, sa renommée grandit et, en 1723, il déménage son entreprise à l’emplacement le plus prestigieux Haus Obenmarsforten 23, en face des Jlichs-Platz. La recette de Farina et ses compétences en distillation lui ont permis de fabriquer un produit stable avec un parfum qui ne change jamais, quelque chose d’inouï à l’époque.

    Sa capacité à converser dans Français et la qualité de son produit ont rapidement été remarqués par la «noblesse» et il n’a pas fallu longtemps ou Clemens Août, le dirigeant local lui envoyait de nombreux clients et même le roi soldat Friedrich Wilhelm von Prusse était parmi ses clients. L’Aqua Mirabilis de Farina fut bientôt un produit très recherché, vendu dans de nombreux pays et bientôt Farina changea le nom de son produit, pour honorer sa ville natale, et le nom Eau de Cologne est né.

    Les ingrédients utilisés par Farina étaient principalement les limes italiennes, bergamote, Neroli et Petitgrain ainsi que les oranges, citrons, pamplemousses et Cedrat. Utiliser ces matières premières et les transformer en la célèbre Farini Eau de Cologne ont longtemps été un secret bien gardé. Toutes les familles royales étaient parmi ses clients et dans les archives de Cologne plus de 2000 lettres peuvent être vus de New York et d’aussi loin que les tribunaux royaux en Asie des ordres ont été obtenus. Il faut se rappeler que Aqua Mirabilis n’a pas été vendu comme un produit de parfum, mais comme un composé médicinal. Pour parfums parfums chers ont été achetés par la classe supérieure.

    Mais en 1750 vint un certain Anton Farina de la ville de Dusseldorf à Cologne et a commencé une petite boutique vendant son propre Aqua Mirabilis qu’il a acheté de son oncle, mais il l’a commercialisé sous son propre nom. Dans les livres d’histoire, c’est ici que pour la première fois le nom Feminis vient à la surface. C’est lui qui, peut-être involontaire ou pour l’argent (qui sait) , a été la cause de la création de la plus grande concurrence pour Farini, une situation qui existe jusqu’à aujourd’hui.

    Les trois Colognes les plus célèbres datent de ce jour! Il s’agit de “Jean Marie Farina/Roger gallet , Kelnisch Wasser/Farina Gegenber et Kelnisch Wasser 4711/ 4711 M.lhlens.

    Voici les différentes compositions :

    • Jean Marie Farina/Roger et Gallet
    • Topnote: Bergamote, citron, petitgrain, orange, mandarine et romarin.
    • Note du milieu: Neroli, oeillet
    • Note de base: Rose

     

    Kolnisch Wasser/Farina Gegenber

    • Note de tête : Bergamote, Citron, orange, pénigrain et neroli.
    • Note du milieu : Romarin, rose et œillet
    • Note de base: Musk

     

     

    Kolnisch Wasser 4711/ 4711 M.lhlens.

    • Note de tête : Bergamote, orange, citron, petitgrain et neroli
    • Note du milieu: Rosemary, Rose
    • Note de base: Musk.

    Aujourd’hui, la rue la plus célèbre de Cologne est le numéro Glockengasse 4711. Lorsque le commandant des forces révolutionnaires Français, le général Daurier, ordonna en 1794 que toutes les maisons de Cologne devaient avoir un numéro consécutif, il créa sans le savoir l’un des noms de marque les plus célèbres au monde, comme c’est dans cette maison que Wilhelm Môhlens avait son bureau et sa résidence.

    Wilhelm Màhlens, alors âgé de trente ans, avait obtenu, deux ans plus tôt, la recette de l’Aqua Mirabilis de Farini (eau miracle) d’un moine carthusien du nom de Franz Carl Georg Farina. Ce moine était un neveu de Johann Paul Feminis qui avait été très proche de nombreux membres de la famille Farina. Il a donné les parchemins à Wilhelm comme un cadeau de mariage qui n’a pas beaucoup pensé de lui au début.

    Certes, Feminis avait même avant la Farina a fait un Aqua Mirabilis qui a été utilisé pendant de nombreuses épidémies de peste, mais il n’était guère différent que les nombreuses recettes Farina qui étaient maintenant sur le marché. Tous les parents avec le nom Farina pourrait acheter de leurs oncles distillerie nombre illimité de litres qu’ils ont commercialisé sous leur propre nom. Plus de 40 de ces aquas “Farini” étaient disponibles alors comment pourrait-il entrer en concurrence avec eux?

    Le jeune marchand de la Glockengasse était connu pour être dans le “investissement” d’affaires et ce qu’il a fait, en plus de produire son propre Aqua Mirabilis, était de commercer de l’argent, du vin, de l’eau minérale et même dans sea Fish! Mais bientôt, il a aussi du succès avec son eau Miracle, cela était en grande partie dû au fait que, en face de sa maison, une station d’autocars Stage était située. Les voyageurs ont été approchés par Wilhelm et presque tout le monde a acheté une bouteille de son Eau de Cologne et bientôt l’Aqua Mirabilis a été non seulement utilisé à des fins médicinales, mais aussi un simple composé rafraîchissant pour les voyageurs.

    Mais en 1810, une loi émise par Napoléon obligea que sur l’étiquette de chaque composé médicinal, la composition devait être nommée. L’intelligent Muhlens a immédiatement pensé à un moyen de contourner ces lois et avec chaque bouteille de ses instructions Aqua Mirabilis pour l’utilisation” imprimé. Dans ces instructions, il n’y avait pas un mot indiquant que ce produit était à des fins médicinales, mais simplement un parfum et de l’eau de toilette. A-t-il au début de marché son produit 4711 mentionnant Farina, en ce qui concerne le moine carthusien, la troisième génération Muhlens en 1881 a changé le nom de leur produit mentionnant comme fabricant Eau de Cologne – Parfumerie Farbrik Glockengasse Nr.4711.

    Saviez-vous que la formule exclusive 4711 est gardée secrète depuis plus de 200 ans? Jusqu’au milieu des années soixante, l’odeur a été préparée dans des voûtes verrouillées par le grand, grand et grand petit-fils de Wilhelm Muhlen et si secrète est la formule que seuls les membres de la famille ont été autorisés dans la chambre forte.
    Et c’est l’histoire vraie de l’Eau de Cologne.
    John Kercher

    Reviews

    There are no reviews yet.

    Only logged in customers who have purchased this product may leave a review.